Mobilité, Tous les articles

La mobilité à Paris, un cocktail détonant [Saison 1- EP03]

Vélos, scooters, trottinettes électriques en libre-service ou encore voitures partagées, ces derniers temps, de nouvelles solutions de mobilité fleurissent par dizaines en Ile-de-France. Paris est tel un laboratoire d’expérimentations que chacun scrute du coin de l’œil sans savoir quoi en penser, ni rien comprendre ! Réelles alternatives aux transports classiques ou simple brouhaha médiatique ?

En cette semaine de la mobilité, Lou, notre experte, va vous aider à vous y retrouver en décryptant ces nouvelles tendances.

Episode 3 : en voiture Simone 🎬


Allez, dites-moi la vérité : vous aussi vous avez eu du mal à discerner covoiturage et autopartage, et vous aussi vous hésitez encore sur la définition des services « en boucle » ou « one-way » ? Dans ce nouvel épisode, je vous en dis plus sur les alternatives à la voiture individuelle.

Posons les bases : autopartage vs covoiturage.

covoiturage

Lorsque vous partez en week-end avec des amis dans un même véhicule ou que vous accompagnez votre collègue au travail, c’est du covoiturage. Jusque-là, vous me suivez. Lorsque vous louez de façon ponctuelle ou récurrente la voiture d’un particulier ou celle d’un pro, c’est de l’autopartage.

Pour briller lors de votre prochain dîner avec votre cousine Berthe-je-sais-tout, définissez-lui donc l’autopartage comme la location d’une voiture en son entier et le covoiturage comme la location d’un ou plusieurs sièges d’une voiture avec en bonus le conducteur qui n’est autre que le propriétaire du bolide. Autopartage = louer une voiture / covoiturage = louer un trajet. Voilà qui est dit.

Le covoiturage, organisé au travers de plateformes comme Blablacar (ou Blablalines pour les courts trajets), iDVroom, Karos, OuiHop’… permet de partager les frais en même temps qu’on partage un moment (tout dépend de si vous êtes plutôt Bla, Blabla ou encore Blablabla).  L’autopartage, lui, vous garantira une plus grande liberté et autonomie.

Bon avec tout ça, j’espère que les retardataires ne confondront plus jamais l’autopartage avec le covoiturage !


Bouclez votre ceinture : l’autopartage plus en détails, GO !

 

Ça y est, on est sorti du brouillard covoiturage/autopartage ! Penchons-nous donc maintenant un peu plus sur les différents types d’autopartage. Promis, on va faire simple :

 

carsharing

  • L’autopartage en boucle : vous louez une voiture d’un point A et devez la redéposer au point A. Simple
  • Le one-way : c’est probablement la forme d’autopartage que vous connaissez le plus, il s’agissait du fonctionnement de feu Autolib’ (merci pour tes bons et loyaux services). Vous prenez une voiture dans une station A et pouvez la déposer dans une station B.
  • Le free-floating : Vous réservez la voiture sur votre appli, roulez, et la garez où ça vous chante. Bye bye les galères des stations pleines. C’est donc exactement comme pour les trottinettes, les vélos et les scooters, à ceci près que tout cela se passe à l’intérieur d’un périmètre géographique bien défini. Pour l’instant, aucun service d’autopartage en free-floating n’est présent à Paris.

En ce qui concerne les véhicules, soit ils appartiennent à des particuliers ou des pros qui les mettent à disposition par le biais d’une plateforme (Koolicar, Wheeliz, Ouicar, Drivy…). Soit il s’agit de véhicules de sociétés disposant de leur propre flotte (Zipcar, Communauto, Ubeeqo…).


Et dans tout ça, on fait quoi nous sans Autolib ?

 

Maintenant que tout est clair, parlons peu parlons bien : Autolib s’est arrêté le 31 août dernier et il faut vite combler le vide laissé par ces petites voitures grises. Du coup, tout s’accélère ! La mairie de Paris a déjà rencontré de nombreux acteurs pour trouver une alternative. Problème, tout ça doit se faire en un temps record car la mobilité des franciliens n’attend pas, nous avons besoin de nous mouvoir. Pas question d’être les mauvais élèves du transport !

Pour la faire courte, plusieurs constructeurs se sont engagés à mettre des voitures en autopartage dans Paris très prochainement. Parmi eux, Renault qui s’associe à ADA avec le service Moov’in pour proposer de l’autopartage en boucle (ça y est ça commence à rentrer ?) et quelques Renault Zoé (électriques) en free-floating. PSA compte bien aussi développer son offre parisienne avec un certains nombres de voitures propres et ce, pour notre plus grand bonheur. Zipcar, Communauto et d’autres acteurs de l’autopartage augmentent également leurs capacités. Les plateformes d’autopartage entre particuliers focalisent eux aussi leurs efforts pour élargir leur couverture sur l’île de France, avec l’avantage de pouvoir être partout, même dans des zones périurbaines voire rurales.

Parmi les enjeux, un sujet ressort: le stationnement. Ceux qui ont déjà cherché une place pendant plus d’une heure, levez la main ! Ce sujet est donc en cours de négociation avec la municipalité et déjà plusieurs centaines de places ont été distribuées (YES !).

Dans cette course à l’équipement, nous pouvons déjà désigner un gagnant : nous, les franciliens ! Avec cette avalanche d’offres et de voitures partagées, nous devrions bénéficier d’une ville plus propre, de moins d’embouteillages, le tout en faisant des économies ! Nous pourrons opter pour celles qui répondrons le mieux à nos besoins. Tout ce qu’on demande, c’est de la sim-pli-ci-té. Tous ces services ont donc des cartes importantes à jouer dans la transformation de la mobilité et certainement qu’il y en aura dans un premier temps, un peu pour tout le monde.

Aller, ça suffit pour aujourd’hui, je reviens très vite pour vous parler VTC et intermodalités !

Ah et j’oubliais, Koolicar vous a concocté un quizz rapide et ludique : Quel personnage de la jungle urbaine es-tu ? et ainsi vous orienter vers les solutions les plus adaptées à vos besoins.

 

Par Lou, 28 ans, Paris

 

 

 

 

 

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *